• Et la mer s’étirait au dernier point de jour
    Dans une orangeraie aux douceurs azurées
    Esther s’envoluptait des parfums alentours
    Ses yeux diamants incrustés poussière d’étoiles
    S’embrasaient à la ronde des lutins et des fées
    Qui à cette heure limpide chaque soir donnaient bal
    Et elle offrait son corps à ce vaste univers
    Enlacée par des herbes aux chaleurs humides
    Attisant le désir d’étranges atmosphères
    Elle était nudité éclatante pureté
    Sans crainte d’offenser des anges insipides
    Elle était pureté violente nudité

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Fantasmes par induction,

     

    jeux du subliminal déclinéS d’écran à écran,

     

    marché global de la pensée,

     

    châtrage neuronal.

     

    J’entends des rires,

     

    un sifflet.

     

    Entrent les lèvres sous ordonnance.

     

    Pouce.

     

    LIKE !

     

    Mise à l’index.

     

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • Adossé à la tranche d’un mur
    Un rose et fluide voile
    Transparent contraste aux griffes d’une cassure
    Demain j’aurais marché de vos ruelles sales
    Ou bien serait ce hier quand une rue cavale
    Implosant mon amour de passions idéales
    Et là, crasseux de mon orgueil tendant vers
    Peut-être serais je mort si je n’avais pleuré

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Il fallait sortir, c’était le moment.

    Il fallait se décider à plonger vers la lumière.

    Aveuglante au premier clin d’oeil, un cri sans cesse répété.
    Cette première douleur.
    Aussi, ce premier bonheur que l’on donnait sans rien demander

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires