•  

    Au bord de l'arme

     

    Nos lames aux abords

     

    Des musiques de prises d'armes

     

    Casques électroniques pour fanfares du dehors

     

    Et puis les trucs pour faire pleurer les filles

     

    Défilent en chansons faciles et pistolets à billes

     

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  SA VOIX

    Merde ! c’est sa voix

     

    De ce temps traversé

     

    Endurant les heures de peu de choix

     

     Coincés-peut-être-entre-thé-et-café

     

     

     

    Temporalité

     

    Moins que microseconde

     

    En bulle retournée

     

     

     

    Merde ! C'est rester sans voix

     

    Depuis nos vies inversées

     

    Comptant cette peur qui déchoie

     

    Jusqu'au café instantané

     

     

     

    Instant tanné d'agendas

     

    Le temps est sans emploi

     

     

    Marc

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    On s’aime et pourtant… incompatibilité d’humeur. Alors ? On va se séparer

     

    mais, quand ? On est coincés ici, ne plus pouvoir ou, le devoir ? On est

     

    coincés aussi là-bas. On ne sait pas trop ce qu’il y a là-bas. On ne sait même

     

    pas où ça se situe. Dans combien de temps ? Tu crois qu’on va pouvoir

     

    séparer nos corps ? Nos cœurs ? Nos esprits ? Nos quotidiens ?

     

    On a peur de ne plus rester ici.

     

     On a peur de s’abandonner.

     

     On s’aime et pourtant…

     

     

    Marc

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  


    Elle ne parle de rien
    Puisqu’au possible
    Je suis homme de bien
    Nous étions trois cibles
    Marqués du même prénom
    Comme la chanson

    Pareil au bac
    Même confusion
    Un du même nom
    Maintenant se pose en hamac

    Le ressac des idées
    Tout a coïncidé
    Ce disant de hasards
    Drôle pour les arts

    Et toi ?

     

    Marc

    28.07.2013

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Pierrot l’Azur, pleins feux sur de multicolores
    mélopées. Promettez moi de ne rien révéler.
    Ce serait un rayon aux essences de Lune Rousse, des allées embaumées
    en une éternité de parfums.
    Un peu plus loin, des sources de perles aux précieuses transparences,
    coulantes psalmodies jusqu’à en devenir léger.
    Si léger que le vent l’emporte, claque la porte et se courant d’air.

     

    Marc

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires