•  PIRATES

    Je voyageais avec des pirates, le vent en poupe. Notre navire sillonnait les mers du vague à l’âme, voltigeait son drapeau noir pour des îles aux chemins de traverses.

     

    Il y avait Saumon, le timonier, rouge d’embruns aux barres de différents destins. Buriné par le sel boucle d'oreille resplendissante sous le soleil,

    journal de bord délavé par les distances.

    Aussi Pince-Nez, crochu comme la tempête, survolant les flots de son regard à tribord et à bâbord de Dieu, toujours droit dans les yeux.

    D’autres encore que je ne citerai pas, compagnons de voyage, qu’ils soient d’ici ou de l’imaginaire, revenants de l’horizon, des histoires plein la caboche, le roulis des mots qu’on écume.

    Nous avions croisé au chant des sirènes, chassé en pays d’Atlantide,

    chevauché l’étalon... d’Amazone et joué notre vie sur le dos des baleines.

     

     

    Marc

    Licence Creative Commons

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Marc

    Licence Creative Commons

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  J'DEPRIME PAS FORCEMENT MON BON SORT 

     

    J'ai tout pour être heureux, ils me disent

     

    et ils ont raison! Mais ?

     

    Piétiner les pensées de ?

     

     

    ces poètes du troisième retour, ceux qui vivent à l'ombre des

     

    tours ne connaissent pas ça. Ce matin, j'en ai vu un, un simple

     

    petit ouvrier, bah oui, monsieur français, il était Français mais un

     

    peu basané. Moi, ça m'a pas dérangé, d'ailleurs, j'avais honte de

     

    lui donner que mes deux derniers euros comme pourboire.

     

    R'heusement ma femme que t'appelles Bobonne, en avait trois

     

    de plus ? ON A DU CŒUR ? Je ne vais pas me la jouer gosse

     

    des quartiers, même si j'connais un peu Duchère, non, j'ai eu de

     

    la chance, j'ai eu une famille de bon-francé-moyen. Ouais, y'avait

     

    un peu de moyens chez moi et même si j'ai eu froid, ben tu vois

     

    mec, c'est le mec que t'as pas regardé qui t'a réparé ton

     

    chauffage, ouais, lui, le sauvage, ouaich, je lui ai serré la main

     

    comme un frère, il a compris, j'ai voulu faire ma frime à lui sortir

     

    un mot en arabe, il m'a fait comprendre, délicatement, lui, le pas

     

    de souche ? Celui qui t'fais l'plombier-moins-payé-qu'un-polak.

     

    Et toi ? Tu attaques ? Et toi t'es le saucisson obligatoire dans les

     

    cantines ? Tu la vois la peste ? Elle vient pas de lui, la peste…

     

    ON NE ME FERA PAS TAIRE !

     

     

     

    Marc

    Licence Creative Commons

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  AU CENTRE DE TOUJOURS
    La petite éponge attendait les couleurs.

    Un rayon de soleil qui passait par là,

    Réchauffa la petite éponge qui ne voyait que du bleu.

    Drôle de petite éponge sous le ciel de la mer qui,

    Des cieux

    Astucieux

    Découvrit le soleil.

     

     

    Marc

    Licence Creative Commons

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires