• MORVE DE LA GLOTTE 

    Tombera,

    Tombera pas ;

    Du haut du cocotier,

    De coqs en clochers.

    Héler le cocher,

    Je suis bon cheval,

    Qu’y puis je de clocher

    Au temps du carnaval ?

    Batailles de clochers,

    S’étirer à cachecache,

    Une case à cocher,

    Et que chacun se lâche :

    Les cochers en bataille,

    La taille des choqués,

    Et que viennent ripailles,

    Et rien de plus chiqué.

    De la cloche du coche,

    Et belles en cloques,

    C’est quand sonne la cloche,

    Que se grattent les glottes…

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un peu de musique ! Messieurs… vite ! Une leçon de guitare, un cours
    magistral sur les techniques d’avant-garde des derniers indiens urbanisés,
    comment ils règlent leurs tambours sur des fréquences parasitaires : il faut
    reconstruire les écoles.

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Le froid dans les mains,

    De la manière que le froid vient...

    J’avais mis dans le dédale

    Quelque tirant de voile.

    Le froid dans les mains,

    D’ autres manières que le froid vient,

    Le prisme du soleil puisque la lumière n’a qu’une trace,

    Au demeurant qui s’efface.

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Ils s’appellent. Ils se sentent. Cela fait des années qu’ils se cherchent.

    De doute, on s’en doute, toujours ailleurs, comme si ce n’était pas un hasard.

    Des choses s’enchaînent et se déchaînent des paradis de leurs sens,

    Extrêmes, sans interdit de sens, comblent le vide.

    Ils se hurlent des nuits aux bûchers de leur âme, comme une épingle ferait éclater l’esprit.

    Cette douleur qui se répercute au fil des nerfs, écartelez nous des cieux,

    Ô ! Notre Terre.

    La soif canicule leurs déserts relatifs, atomise des corps exclusifs,

    déchirures.

    Avortés d’un jardin en voluptances, ils sont morts les enfants solitaires.

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Et vous chantez la folie sans savoir qui elle est ! Vous lui rendez

    hommage de votre langue débile. Patientez donc et qu’à cela ne tienne, jouez au magicien tant que vous le pouvez, enchantez vos luxueux délires,  vos phrases maquillées; dites tout savoir d'elle.

    Vous me faites penser à ces chanteurs de charme qui n’ont jamais goûté la larme pleine.

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  CEUX QUI PISSENT A L'ARRET

     

     

    Ceux qui pissent à l’arrêt,

    En chiens de fusil,

    Furent-ils des traits,

    Juste un gribouillis.

    Mettre les Maîtres en tableau,

    Ceux qui pissent à l’arrêt,

    Jetées leurs braies au caniveau,

    En criant le mot exprès.

    Et les laissant ici,

    Tranquillement repartis,

    C’est moi qui conduisis.

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

     

    Dans la chambre blanche au crucifix intégré, tout juste s'il ne s'éclaire d'un rayon de soleil. A qui se vouer dans la jungle médicalisée ? Vendre son corps, son âme à La Science; se retourner dans son lit. Attendre l'heure de dormir...

     

    Si ça pouvait sauver, ne serait-ce qu'un quart d'heure.

     

    Retour à la chambre, s'échauffer les jambes dans les couloirs ternes, aller faire un tour dans le parc : Sainte Thérèse veille en statue sur l'univers des familles en visites et les boulistes convalescents.

     

    J'ai des souvenirs dans ce parc : les offrandes païennes à la sainte statue, petits cadeaux souvent composés de feuilles de houx. Cet été, où j'ai rencontré Soul. Un bel été dans les chambres blanches...

     

    L'hôpital formait une ville autour de la ville. Les gens de l'autre ville affirmaient que les soirs de grand vent on pouvait entendre hurler les fous.

     

    Ca leur faisait peur, la nouvelle peste. Les prozac-maniaques doivent tomber en masse, c'est la loi du marché...

     

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  SANS PAPIER

     

    Tous les chemins

    Sans papier, pour même

    Écrire une lettre en langue étrangère.

    Les voyageurs et,

    La trace de terre

    Depuis que je suis nomade.

    Apprendre à délier les langues, on doit

    Bien se connaître de quelque part,

    Demander des nouvelles du pays, un soir

    Qui lui ressemble…

    Ce doit être ce bouquet de fleurs

    Ou la lumière, c’est drôle

    J’ai habité ici…

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • CEREBRAL-NOMADE
     

     

    Cérébral-nomade chimiquement augmenté

    Physique-légume contre cerveau sur-boosté

    Les yeux noirs, aussi

    Un regard à faire peur

    Un regard de fou

    L'expérience

    Assumer

    L'imposé

    Accepter

    Les gens parlent

    Ne savent pas

    Se rassurent

    Ne pas être ceux-là

    Ne veulent pas être comme eux

    Non

    Plus

    Interpréter

    Ce plus

    Dans tout les sens

    Négation

    Et

    Addition

    Soustraction

    Et

    Affirmation

    Permutation perpétuelle

    Echange

    Et

    Changent

    De mots

     

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires