•  

    La nuit, tu dois pleurer,

    Mères.

    Larmes profondes des mers,

    Tu dois parfois rêver ?

    Tu penses et, c’est déjà trop.

    Le trop plein de chagrins jamais épuisé ;

    Ce n’est pas que de l’eau,

    Je sais.

    Nous ne sommes qu’une larme,

    Nous, tes enfants.

    Et pourtant,

    Tu prendrais les armes.

    Tu sais,

    Je t’aime,

    Pour ce que tu es.

    Tu comprends,

    Je t’aime,

    Pour ce que tu m’apprends

     

     

    Marc

    Dédicace à Yolande, Karim, ma mère et toutes les autres.

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

     

    Simplement un furieux mélomane ;

    Plus tôt,

    Aux

    Convergences du corps et de l'âme.

    Plutôt

    Devenir aveugle, et dieux et Dieu

    Si je tourne encore mes chansonnettes pour dames

    Aboieront-ils Pluto ?

    Frangins ! franchissez les lieux,

    Il faudra se battre avec nos lettres-testament.

    Frangine ! Affranchissez tes voeux….

    Et même si parfois je démens,

    A

    Savoir trop innocent.

    Ah !

    Quand le son

    D'un balafon….

    Cousins ! Écoutez….

    Cousines ! Ce que vous entendez….

    Ce n’est plus avec un filet à papillons

    Que l’on attrape les poètes trop cons.

    Ainsi les esclaves du coton,

    Chantent l’âme bien planquée au fond.

    On décolle les affiches de cons

    D’une main sûre, armée.

    On écolise les affiches de concert.

    Où es-tu monsieur Ferré ?

    Je n’ai pas oublié à quoi ça sert,

    Les mots qu’on crache par terre.

     

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ben, si ! Ils peuvent l'ouvrir la coquille de noix qui se prend pour un bateau. Ils peuvent voir dedans, même après la dernière heure et un peu avant la première seconde...

     

    Pareils au directeur qui pour sa maîtresse a coupé les dernières fleurs de son mariage. C'était un peu après. Un à peu prêt...

     

    En mémoires, quelques bars des grands boulevards, une similitude, un copié/collé.

     

    Il voulait le bonheur, il le cherche ailleurs.

     

    Il en a les moyens. La finance n'y est pas pour rien. On peut retarder le scandale, il préfère penser ainsi.

     

    On retarde.

     

    L'industrie n'a pas de hasard.

     

    Pendant ce temps on conférencie, sur ça et si, avec des sommes exorbitées aux yeux d'argent.

     

    Ca tente.

     

    Croire aux correspondances des chiffres.

     

     

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Marc

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires